Shadowrun.fr Site participatif sur le jeu de rôles Shadowrun où vous trouverez actualités de la gamme, aide de jeu, scénarios, forums pour discuter avec les joueurs et les traducteurs français de SR4, un wiki encyclopédique, etc.

The Exchange - Réseau Social Peer-to-Peer

Article réservé aux meneurs de jeu !

Certains MJ parmi vous utilisent peut-être, ou utiliseront un jour, les « Shadowrun Missions » postées chaque mois sur le site officiel du jeu. La SRM 02-17 : Patient Zero met en scène des PNJ possédant une affiliation à un réseau social peer-to-peer appelé « The Exchange ». Intéressé par le fonctionnement de ce système de « troc de faveurs », je me suis permis de traduire un extrait d’un supplément de SR3, jamais publié en français, Target: Matrix, décrivant le principe de fonctionnement.

Target Matrix p.98

The Exchange

Par Serendipity Jones

J’ai fait part au bon Captain Chaos d’une histoire concernant un étrange groupe de la Matrice que j’ai eu l’occasion de rencontrer, et il m’a demandé de l’écrire pour un plus large public. Je ne suis pas très talentueux en écriture, et je peux juste vous raconter ce qui m’est arrivé. Ce que vous ferez de cette info vous regarde.
Mon histoire commence par un vol que j’ai pris pour Détroit l’été dernier. J’allais là-bas pour affaire – j’avais été embauché comme gilet pare-balles supplémentaire pour un riche patron dont je tairai le nom. A la descente de l’avion, j’ai récupéré mes bagages et je suis allé à l’hôtel qu’on m’avait réservé. Ce n’est qu’au moment de prendre ma douche que je me suis rendu compte que l’une des valises que j’avais prise – bien que très ressemblante – n’était pas à moi. Même couleur, même marque, même forme. Mais les vêtements à l’intérieur n’étaient pas les miens, bien qu’assez curieusement, ils étaient d’un style que j’aime bien porter et, en plus, étaient à ma taille.

Sur le dessus des vêtements était posé un pocsec (un secrétaire de poche). C’était un modèle avec lequel je n’étais pas particulièrement familier, et en plus, il avait quelques spécificités étonnantes. Il y avait également un grand X rouge stylisé gravé sur le boîtier. Je l’ai allumé, histoire de voir si je pouvais trouver des infos sur le propriétaire de la valise, mais il ne contenait aucune donnée. J’ai appelé la compagnie aérienne pour signaler le problème, mais personne d’autre ne s’était manifesté pour un bagage échangé. J’ai même payé un decker pour qu’il vérifie les infos de compte du pocsec – il en est ressorti que le compte était falsifié et prépayé pour un an. Aucun nom n’y était attaché, et aucune utilisation n’en avait été enregistrée.

Hey, j’ai quelques potes qui ont ce type de pocsec. Ce « X » rouge est assez reconnaissable.

Castor

La vie a poursuivi son cours. Environ une semaine plus tard, juste après un briefing avec mon nouveau client, mon propre secrétaire de poche a été volé sur la table d’un restaurant pendant que j’étais aux toilettes. Heureusement, je n’ai pas perdu grand-chose à part les numéros de quelques ex et de clients. Quoiqu’il en soit, il m’en fallait un nouveau pour enregistrer l’emploi du temps de mon client. Le pocsec au X rouge se trouvait toujours dans ma chambre d’hôtel et il fonctionnait, alors je me suis dit : après tout, pourquoi pas.

Je suis pas trop branché informatique, et à part un logiciel de reconnaissance vocale, je ne sais pas utiliser grand-chose. Je préfère parler à mon pocsec que d’avoir à taper sur des touches. Et j’aime bien les bons pocsec qui me répondent en retour de temps à autres. Mais j’ai vraiment flippé la première fois que mon pocsec au X rouge s’est adressé à moi sans prévenir et en m’appelant par mon nom. J’étais en voiture sur l’autoroute quand d’une voie claire il a dit : « Bienvenue dans The Exchange, M. . Merci de prendre avec vous l’autostoppeur portant une veste jaune. Vous recevrez une récompense karmique. » J’ai failli en planter la bagnole. En fait, ça m’avait tellement troublé, que j’ai failli rater l’autostoppeur. Je me suis presque arrêté pour le faire monter, mais la paranoïa a pris le dessus sur la curiosité et j’ai écrasé l’accélérateur.

J’ai un pote techos qui a fait quelques tests sur mon petit X-Rouge, et il a trouvé des trucs intéressants. D’abord, il m’a dit qu’il faisait tourner un logiciel de surveillance très furtif. Tout le temps où je l’ai eu avec moi, cette petite saloperie enregistrait en audio et en vidéo lumière faible, scannant et référençant les fréquences radios environnantes et transmettant le tout à un relais matriciel. Mon petit espion de poche avait tout enregistré de ma vie pendant plusieurs semaines et l’avait refilé à… quelqu’un. Le pocsec disposait aussi d’un système d’accès à distance intégré, permettant à quelqu’un possédant les bons codes, quelques part dans la Matrice, d’y charger ou d’en piquer des données.

J’ai demandé au techos de débrancher les systèmes d’enregistrement, mais j’ai gardé le petit espion. J’étais curieux de savoir qui m’avait fait ce coup là et je le gardais dans l’espoir de les coincer un jour. Le jour d’après, Petit X-Rouge s’est à nouveau adressé à moi. Il m’a refait le même coup concernant The Exchange et le karma, mais cette fois, la tâche à réaliser était complètement différente. On me demandait d’aller dans un parc pas très loin et de prendre une photo.

J’étais curieux de savoir à quoi ça allait me mener alors j’ai suivi les instructions. J’ai remis en marche la vidéo et j’ai pris une jolie image zoomée d’un corpo en train de donner à manger aux pigeons. J’espérais qu’un truc allait se passer – une fusillade, un truc magique, ou simplement que le gars allait me remarquer et me courir après. Mais rien ne s’est passé. J’ai éteint X-Rouge et je suis rentré chez moi.

Le jour suivant, j’accompagnais mon nouveau client pour un petit-déjeuner. Le client en question était un boss de seconde ligne du syndicat et il avait franchi quelques lignes qu’il n’aurait pas du. Il s’inquiétait des répercussions et m’avait embauché pour le protéger, vu qu’il ne savait pas s’il pouvait faire confiance à ses propres hommes. On venait de nous servir quand mon petit X-Rouge attira mon attention à l’aide d’un léger bip sonore. J’ai jeté un œil à l’écran pour y découvrir l’avis de recherche qui venait tout juste d’être lancé contre le type assis à la table en face de moi par la Lone Star. J’ai su plus tard que la Star avait eu vent de ses soucis, et ils avaient fouillé les poubelles pour pouvoir lui foutre la pression en espérant qu’il balance des trucs intéressants sur ses collègues. A cet instant, j’ai utilisé l’alerte à mon avantage en proposant à mon client de l’escorter en-dehors de la juridiction de la Star en échange d’un bonus substantiel. Mon client a pu se faire la belle tranquillement, et j’ai été grassement payé.

J’en ai déduit que l’avertissement donné par X-Rouge constituait ma « récompense karmique ». Du coup, lorsque j’ai reçu de nouvelles instructions, je les ai suivi. Là encore, le retour a été payant. De temps à autres, X-Rouge requérait des données sur moi. J’évitais de donner les détails qui pourraient compromettre ma vie ou mon job, mais je répondais au reste. Ça a continué comme ça pendant une bonne année. Des fois, les boulots étaient aussi simples que d’apporter de la pénicilline à quelqu’un qui était cloué au lit. Parfois, c’était plus ésotérique, comme scanner les pages d’un vieux bouquin qui se trouvait dans une bibliothèque occulte. A quelques reprises, j’ai adressé une requête à X-Rouge pour mon compte. A deux occasions, elles ont été satisfaites. Au final, j’ai considéré qu’il s’agissait d’une sorte de réseau d’échange anonyme via la Matrice. Les gens contribuaient au moyen de faveurs, de biens ou de services, et en retour, ils obtenaient des choses dont ils ont besoin. C’était un peu bizarre, mais jamais malveillant.

Plus d’une fois les instructions d’X-Rouge m’ont amené à rencontrer d’autres personnes qui elles aussi possédaient une connexion. Lorsque ça arrivait, on échangeait des regards prudents. J’ai posé quelques questions, mais les réponses ne m’ont pas appris grand-chose. Ils ont tous prétendu que comme moi, ils n’avaient aucune idée sur la façon dont le pocsec était arrivé en leur possession, ni sur ce qui se cachait derrière The Exchange. La plupart a fini par accepter ça comme un cadeau tombé du ciel et évite de se poser trop de questions. Moi, j’ai payé un decker pour remonter la piste des transmissions de X-Rouge jusqu’à sa source. Son corps sans vie à la cervelle cramée a été retrouvé une semaine plus tard, à moitié bouffé par des Rats du Diable.

Peu après, X-Rouge m’a fait offrir une boîte de munitions APDS. J’étais tellement content que je me suis empressé de charger mon Predator avec. Un peu plus tard le même jour, un tueur à gages à pointer son flingue sur mon client du moment. Mes réflexes câblés étaient suffisamment puissants que je dégaine et fasse feu avant que l’assassin n’appuie sur la gâchette. Le percuteur a cogné, mais rien ne s’est passé. J’ai tiré une deuxième fois, même résultat. Ça a été au tour de l’assassin, et j’ai perdu mon client.

The Exchange m’avait eu. Après un an à jouer le jeu, j’avais été trompé. Peut-être étais-je sensé recevoir pas mal de karma pour ça, mais j’ai défoncé le bazar avant qu’il ait le temps de jacasser à nouveau.

Je ne sais pas qui fait tourner The Exchange, mais c’est clairement quelqu’un qui connaît bien la Matrice et qui dispose d’importantes ressources. Vous y prendrez peut-être part un jour, et ça vous apportera peut-être plein de trucs bien. Mais méfiez-vous du prix que vous pourriez être amené à payer.

Ça fait plus de deux ans que je participe à The Exchange, et je n’ai pas à m’en plaindre. J’ai parfois du changer mes plans à la dernière minute pour m’y conformer, mais ça m’a toujours rendu service et ça m’a sauvé la mise un certain nombre de fois. Je jurerai qu’il sait ce dont j’ai besoin avant même que j’en ai conscience.

Bart R

C’est flippant. Qui peut accepter que quelqu’un qu’il ne connaît même pas puisse avoir autant de contrôle sur sa vie ?

Spike

T’as raison, j’vais me contenter de garder mon job dans ma mégacorpo plutôt. Oh, attends…

Aunt Acid

Peut-être que Serendipity Jones a fait quelque chose dont il ne nous a pas parlé. Peut-être qu’il a refusé de faire un truc important, ou peut-être qu’il a juste refusé trop souvent. Ou peut-être que le decker qu’il a embauché était trop près et qu’ils n’ont pas aimé. Ça expliquerait pourquoi The Exchange l’aurait puni…

Sidewinder

Est-ce que The Exchange n’embauche que des shadowrunners ?

Hawkwind

Pour ce que j’en sais, ça peut être n’importe qui. Des concierges, des profs, des cadres corpos, des gardes de sécurité, même des flics et des criminels comme nous.

’Trixster

J’ai même vu un gosse avec un de ces machins. Je m’en rappelle parce que le pocsec donnait des cours de théorie magique au gamin !

Blackstone

Est-ce que quelqu’un a déjà analysé astralement l’un de ces pocsec ? Comment peut-on être certain que le système fonctionne sur une base technologique. Peut-être que chaque pocsec est possédé par un esprit libre qui se sert de ses pouvoirs pour analyser les désirs de l’utilisateur et les faire devenir réalité ?

Rhiannan

En surface, il semble que seule une très petite quantité des opérations de The Exchange soient illégales. Comme le dit Serendipity Jones, un grand nombre des tâches qui lui ont été demandées sont assez banales. J’ai l’impression que les conséquences de ces actes ne sont pas toujours celles qu’on croit. Par exemple, un participant peut se voir demander d’apporter un bouquet de fleurs dans un bâtiment sans savoir qu’une arme est cachée dedans. Ou un garde de sécurité peut se voir demander de quitter le travail plus tôt pour faciliter une shadowrun.

Socio Pat

Quelques années en arrière, j’ai assisté à une discussion privée entre deux arrangeurs concernant quelque chose qu’ils appelaient « The Exchange ». Ils en parlaient comme si c’était une sorte de private joke entre eux.

SPG

C’était une blague d’arrangeurs. Mais c’est parti en spirales incontrôlées et ça a fini par avoir une vie propre.

Daedelus

Y a pas moyen que ce truc soit une mauvaise blague qui est partie en vrilles dans de telles proportions – The Exchange est la cause de changements réels et profonds dans la vie de gens. Et ce n’est pas aléatoire, il y a un schéma bien défini dans ce que ces gens font. Les résultats sont planifiés. Je suis prêt à parier qu’il y a un syndicat du crime majeur derrière tout ça. Ils s’en servent pour recruter des inconnus qui vont aider et soutenir des opérations illégales. C’est certain, au premier abord, The Exchange peut sembler assez sympathique, voir pratique, mais sur le long terme, il vous utilise.

Pollux

Tu veux dire qu’il y aurait un projet plus vaste dissimulé dans The Exchange ?

Rose Red

C’est ce qu’il dit. Je pense que c’est au-delà des capacités des mafieux ou des Yaks par contre. Sans compter que c’est trop original pour venir d’eux. Ils ont tendance à se concentrer sur des activités terre à terre comme le racket. Ça ressemble plutôt au travail d’une IA. Qui d’autre serait capable de trier et de corréler autant de données pour gérer des trucs pareils ?

Lone Gunman

Une IA n’est rien de plus qu’un gros programme informatique, alors si une IA peut le faire, n’importe quel techos ordinaire avec assez de puissance de calcul et des compétences en programmation peut faire aussi bien.

Skeptic

Ça pourrait simplement être une intéressante expérience sur la manipulation des probabilités. Causes et effets, ce genre de choses. Ça exciterait plus d’un thésar.

Schröedinger

Target: Matrix p.130

The Exchange

The Exchange est une intrigue dont les tenants et les aboutissants sont volontairement laissés vagues. Elle est très utile pour attirer les personnages dans toutes sortes de situations. La façon la plus simple de décrire The Exchange est un système de troc anonyme coordonné via la Matrice. Personne ne sait combien de personnes sont impliquées, ni comment les informations sont traitées ou qui ce cache derrière tout ça.

Les débuts de l’implication d’un individu dans The Exchange sont généralement identiques pour tous – d’une façon ou d’une autre (généralement dans des circonstances assez louches) la personne se retrouve en possession d’un secrétaire de poche un peu particulier et portant la lettre X stylisée en rouge sur le boîtier. Après avoir espionné la vie de la personne pendant un certain temps, le secrétaire de poche commence à le recruter dans le cadre de tâches à exécuter pour le compte de The Exchange. Aucune explication concernant ces tâches n’est donnée ; le secrétaire de poche explique tout au plus que la personne recevra une « récompense karmique ». Une fois que la personne commence à suivre les instructions, elle s’aperçoit que certaines choses sont faites pour elle par d’autres participants via The Exchange. Pour la plupart, faire partie de The Exchange semble être bénéfique, même si les actions entreprises ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Dans certains cas, The Exchange semble abuser des personnes, bien qu’il puisse peut-être s’agir de leur « récompense karmique » pour avoir tourné le dos à The Exchange ou pour lui avoir causé du tord.

Les secrétaires de poche utilisés par The Exchange sont d’un modèle unique, et ne présentent aucune trace de leur fabriquant. Chacun d’eux est connecté à la Matrice (à l’aide d’un compte falsifié) et transmet régulièrement des données à The Exchange au travers d’une série de relais très protégés. Tous ces secrétaires de poche sont équipés d’une caméra vidéo lumière faible, d’un enregistreur audio et d’un scanner d’indice 6 ; ils incluent souvent d’autres appareillages de surveillance.

A ce jour, la vérité qui se cache derrière The Exchange, ainsi que son plan à long terme restent inconnus. Les MJ sont libres de développer leurs propres réponses à ces questions, mais il est recommandé que l’aspect mystérieux et la nature sinistre de The Exchange soient maintenus le plus longtemps possible.

La partie qui suit est plus actuelle, puisqu’il s’agit de la traduction de la description faite dans la SRM Patient Zero de ce qu’est The Exchange. Crash 2.0 oblige, les pocsecs sont remplacés par un programme directement chargé sur le commlink de l’utilisateur.

SRM 02-17 – Patient Zero

The Exchange

Une suite logiciel connue sous le nom « The Exchange » a commencé à se propager parmi les ombres de Denver. Une fois installée sur un commlink standard, les utilisateurs reçoivent régulièrement des requêtes pour entreprendre des actions simples – il peut tout aussi bien s’agir de prendre une photo que de laisser une copie d’un programme dans un nœud de données vide ou encore de livrer un paquet mystérieux – accompagnés d’une promesse de « récompense karmique ». Les avantages ou profits de ces récompenses sont souvent adaptées à chaque utilisateur, ce qui nécessite une analyse fine de la vie de l’utilisateur, de ses activités et de sa situation actuelle.

On peut citer à titre d’exemple les récompenses suivantes : des informations, des programmes, de l’équipement, ou tout autre type de faveur grâce à des méthodes indirectes et des tiers apparemment sans lien.

The Exchange ne transmet aucune demande d’argent et aucun membre du réseau ne semble avoir reçu de « récompense karmique » sous forme d’argent.

The Exchange : réseau social peer-to-peer

Règle : Au début de chaque aventure, le MJ fait en secret un test opposé entre l’utilisateur et The Exchange, en utilisant un groupement de 3 dès pour chacun. Si aucun des deux opposants n’obtient de succès nets, The Exchange ne se manifeste pas de l’aventure. Si le joueur totalise plus de succès nets, the Exchange fournira, à un moment quelconque de l’aventure, un avantage d’un indice de Faveur équivalent au nombre de succès nets. Si The Exchange totalise plus de succès nets, il demandera une faveur d’un indice de Faveur équivalent au nombre de succès nets à un moment ou à un autre de l’aventure. Si le personnage ne parvient pas à honorer cette demande, The Exchange le cataloguera comme non-fiable et lui bloquera l’accès au réseau. Pour plus d’informations sur l’indice de Faveur, voir SR4 p.280-281.

A noter : des renseignements complémentaires peuvent être trouvés dans Runner Havens p.64 (Capitales des Ombres). Les deux principales évolutions à retenir dans la gestion de The Exchange sont : (1) le remplacement des pocsecs siglés d’un X rouge par un programme informatique directement chargé sur le commlink de l’utilisateur, et (2) la diffusion du programme se fait essentiellement dans le milieu des ombres et non plus parmi le commun des mortels.

Au début des années 60, The Exchange s’était particulièrement développé, mais le réseau a quasiment disparu suite au Crash 2.0. L’apparition du nouveau programme matricielle est récente et encore assez confidentiel. Le réseau se reconstruit peu à peu, mais cela demandera du temps pour en revenir à ce qu’il était avant le crash.


Document publié sur shadowrun.fr le lundi 23 juillet 2007 par Julien Le Marinier.

L'auteur de cet article n'a pas spécifié de licence, son contenu original est donc par défaut mis à disposition sous le contrat Ludys-Jdr Usage Personnel. Tous les usages du document sont autorisés pour une session de jeu de rôles ludique sans caractère commercial. En dehors de ce contexte, aucune reproduction n'est autorisée sans l'accord de l'auteur.


Revenir au début de la page.


  1. Le 21 août 2007, 16:45 Raven a écrit

    Très sympa, je ne connaissais pas.

    Merci

  2. Le 19 octobre 2007, 09:19 Maistre T a écrit

    Merci de ton travail.

  3. Le 5 janvier 2008, 12:58 Ghislain a écrit

    Joli travail de compilation. The Exchange est vraiment une idée géniale qui peut mener loin. J’ai quelques oeuvres qui me viennent en tête. Par contre l’exploiter comme il faut risque d‘être tendu.

Derniers articles publiés

Publicité

Ludik Bazar – le destockage de jeux de simulation

Publier un article

Vous avez écrit des aides de jeu ? Des scénarios ? Vous aussi vous pouvez les publier très simplement sur shadowrun.fr en vous enregistrant sur le site. Vous garderez sur vos œuvres tout le contrôle que vous souhaitez, ce sont toujours vos œuvres.

Derniers commentaires sur les articles

Shadowrun ™ est un jeu et une marque déposée ©The Topps Company, Inc., publié en anglais par Catalyst Game Labs, publié en français par Black Book Éditions et traduit par Ombres Portées. Voir la section À propos pour plus d'informations sur le site, y compris les mentions légales.

Une carte complète du site est disponible.

You don't speak French? Here's a description of this website for you.