Cyberware

Un article de ShadowWiki.

Jump to: navigation, search

Le mot cyberware désigne les implants issus de la cybernétique. Il s'agit d'appareils électroniques implantés chirurgicalement sur un métahumain et reliés à son système nerveux central pour qu'ils puissent être commandés par celui-ci. Il existe différentes sortes de cyberware, dont l'utilité est généralement d'accroître les capacités physiques ou mentales, mais qui peuvent être aussi purement esthétiques.

Sommaire

[modifier] Histoire

Même si l'usage de prothèses remonte à 2000 ans avant Jésus-Christ et bien que des implants électroniques aient commencé à voir le jour au XXèmesiècle, le premier vrai implant cybernétique considéré comme du cyberware fut la prothèse de main fabriquée par Transys Neuronet pour la violoniste Leonora Bartoli en 2019. Cette main gauche artificielle a pu être reliée grâce à des nanites à son système nerveux, et donc utilisée par la patiente comme une main normale.

Il s'ensuivit une véritable ruée vers l'or de la part des grandes corporations, la cybertechnologie devenant rapidement un des domaines les plus importants de la recherche. Le premier et principal enjeu de ces recherches fut l'alimentation en énergie des appareillages cybernétiques. Les piles et autres systèmes de recharge purent être remisés grâce au développement de nouveaux supraconducteurs qui ont permis de récupérer une partie de l'énergie électrique produite par le corps.

Avec le temps, le port de cyberware a été de mieux en mieux accepté socialement et s'est généralisé au point que la plupart des personnes, dans les pays industrialisés, portent au moins un datajack.

[modifier] Types de cyberware

[modifier] Cephaloware

Il comprend tout le Cyberware qui est installé dans la tête. C'est le plus difficile à installer à cause de la proximité du cerveau. Il y'a plusieurs sous-catégories de céphaloware:

  • implants sensoriels: yeux et oreilles cybernétiques ainsi que leurs options. Ce qui touche aussi au goût et à l'odorat.
  • implants matriciels: datajacks, chipjacks et cyberdecks crâniens.
  • interfaces de communication: téléphones et radios intégrés.
  • interfaces de contrôle: permettent de contrôler à distance un drone ou un véhicule.
  • cephaloware interne: mémoire supplémentaire, ordinateurs tactiques, bombes corticales...tout ce qui touche au cerveau.

[modifier] Somatoware

C'est généralement tout le Cyberware installé dans le torse et les membres non-cybernétiques tels que les réflexes câblés, l'armure dermale, les interfaces d'armes, les lames et griffes, les substituts musculaires...

[modifier] Membres cybernétiques

Les Cybermembres sont à la fois un produit cybertechnologique et une classification de Cyberware, ceci dû au fait que les cybermembres peuvent avoir du Cyberware additionnel installé à l'intérieur d'eux (tels que des armes).

[modifier] Qualités de cyberware

Il y'a plusieurs qualités de cyberware. Plus le cyberware est de qualité, moins il a d'impact sur le corps (en d'autres termes, le coût d'installation en Essence est réduit). Par contre, il coûte plus cher à l'installation.

  • Cyberware de base - le Cyberware de "M.Tout le monde". Peu coûteux (relativement) et facile à installer. Pas de réduction en coût d'Essence.
  • "ɑ" Alphaware - Cyberware de bonne qualité. Assez facile à trouver mais plus cher donc réservé aux gens aisés. Coût en Essence réduit de 20%.
  • "β" Betaware - Cyberware fait sur mesure. Très cher et difficile à trouver. Réduction de 40% du coût en Essence.
  • "Δ" Deltaware - Le top du top du Cyberware: il relève plus de l'art que de la science. Extrêmement cher et, de plus, seules quelques cliniques dans le monde peuvent l'installer. Coût en Essence réduit de 50%.

En dehors des cliniques delta appartenant aux mégacorpos AAA, à quelques AA spécialisées (telles que Universal Omnitech, Yakashima, Proteus AG et Phoenix Biotechnologies) et celle de Tir na nOg, il n'existe que 5 cliniques delta privées dans le monde : à Londres, Constantinople, Vancouver, Chiba et Genève.

Il existe aussi du cyberware de seconde main (implants déjà utilisés par quelqu'un d'autre) qui est moitié prix par rapport au cyberware de base mais coûte 20% d'essence en plus et peut présenter des malfonctions.

[modifier] Légalité

Beaucoup d'améliorations courantes telles que la pose d'un datajack, d'interfaces de communication, la plupart des options des yeux et oreilles cybers et le remplacement d'un membre perdu ou endommagé sont tout à fait légales mais d'autres sortes d'équipements sont illégaux. On distingue 3 classes de matériels cybernétiques illégaux:

  • Cyberware de classe A(illégal mais peu sévèrement sanctionné): enregistreur, griffes et lames, armure dermale, interfaces de contrôle, interface d'armes, ossature en plastique...
  • Cyberware de classe B(réservé aux forces de sécurité et de police): duplicateur rétinien et vocal, substituts musculaires, ossature en aluminium, réflexes boostés et câblés de niveau 1 et 2...
  • Cyberware de classe C(réservé aux militaires): bombe corticale, ossature en titane, réflexes câblés de niveau 3.

Toutes les armes implantées dans des cybermembres sont bien entendus illégales et sanctionnés au cas par cas selon l'arme en question.

[modifier] Dangers du cyberware

  • L'implantation de cyberware fait perdre de l'essence à son porteur. Les scientifiques ne parviennent pas à déterminer avec exactitude quelle est l'origine de cette perte d'essence, mais les recherches s'orientent vers la responsabilité des connexions nerveuses artificielles ou des médicaments permettant de limiter les risques de rejet. Les recherches thaumaturgiques affirment que l'aura astrale et l'âme du patient sont dérangées par les implants cybernétiques. La perte d'essence occasionne des troubles psychiques et psychosomatiques pouvant aller jusqu'au décès car le corps humain ne peut supporter qu'une quantité limitée de cyberware. Un certain détachement envers les choses est souvent constaté chez des sujets ayant beaucoup d'implants.

Un effet secondaire de l'implantation du cyberware sur des sujets magiquement actifs est qu'il réduit leur abilité à pratiquer la magie, abilité qui peut aller jusqu'à disparaitre si l'on pratique trop d'implants.

  • Des magiciens ont réussi à créer un rituel de cybermancie permettant de lier l'âme du patient au cyberware qui lui est implanté. Cela permet de réduire la perte d'essence et donc de porter une quantité de cyberware normalement mortelle, mais les patients deviennent des cyberzombies incapables d'éprouver des sentiments et donc d'avoir des relations affectives normales.
  • Durant toute la période de récupération, qui peut varier de quelques heures à plusieurs semaines en fonction de la taille du cyberware et de l'endroit où il est implanté, le risque de rejet reste réel et inévitable malgré l'utilisation de matériaux adaptés.
  • Le cyberware étant relié au système nerveux par le biais de nanites, la présence d'un spécialiste en nanochirurgie est normalement indispensable au moment de l'implantation, mais ce n'est pas toujours le cas.

[modifier] Principales corporations

[modifier] Numéro un

  • Evo Corporation - de loin le leader dans le domaine. Fait toutes sortes d'implants, a accès à tous les grades et l'installation est réalisée par sa filiale CrashCart.

[modifier] les Outsiders

  • NeoNET - a combiné le savoir-faire de Transys Neuronet, pionnière de la cybernétique et spécialisée dans les implants matriciels et le céphaloware interne, avec les bases de production et de distribution de Novatech pour se développer et se diversifier dans ce marché.
  • Renraku - se focalise surtout sur les implants matriciels et le céphaloware interne ainsi que sur les composants microélectroniques qui servent à toutes sortes d'implants. Elle ne procède que rarement elle-même à l'installation.
  • Universal Omnitech - grande innovatrice, elle produit et installe toutes sortes d'implants mais uniquement de qualité supérieure (alpha ou plus).

[modifier] les Spécialistes

  • Ares Macrotechnology - tout ce qui concerne les cyberarmes et les interfaces d'armes.
  • Aztechnology - produit du cyberware de base et s'est associée à Universal Omnitech pour le reste.
  • Mitsuhama Computer Technologies - a grandement contribué à démocratiser le cyberware de grade alpha par ses travaux en composants microélectroniques.
  • Shiawase - Shiawase Biotech a été l'un des pionniers et on lui attribue l'invention du grade delta. Elle s'est recentrée depuis sur le bioware et ne fait que des produits de qualité supérieure.
  • Spinrad Industries - a fait un retour en force sur ce marché par ses innovations, notamment stylistiques.
  • AG Chemie - à travers sa filiale Zeiss, leader dans le domaine des cyberoptiques.

[modifier] les autres

  • DocWagon - leader pour l'implantation et la réparation de matériel mais uniquement pour le cyberware de base et alpha.
  • Saeder-Krupp - fabrique et installe toutes sortes de matériel mais est à la traine dans les innovations (sauf pour les réflexologiciels et les réflexes câblés).
  • Wuxing Incorporated - loin derrière les autres mégacorpos dans ce secteur.

[modifier] Sources

Nexus
Autres langues